ELIANT est le porte-parole des personnes qui aspirent à une Europe où règnent la diversité culturelle et la libre possibilité de choix -

sur les questions d’éducation, les réformes économiques et sociales, l’agriculture écologique et les médecines complémentaires et intégratives.

Non au Jardin d'enfants numérique!
OUI aux investissements constructifs pour l'education!


Image 1: © xxxxxxx - fotolia.com

Un tiers de tous les enfants âgés d'un an aux Etats Unis utilisent une tablette avant de marcher et de parler. En Allemagne, 70% des enfants de 2 à 5 ans passent une demi-heure avec leurs smartphones.
L'application la plus utilisée par les enfants de six ans, c'est facebook. Tous les enfants d'âge préscolaire regardent la télé, souvent plus qu'une heure par jour.

L'opinion selon laquelle il faut habituer les petits très tôt au numérique a le vent en poupe, les plus illustres personnalités de la classe politique investissent des sommes importantes dans ce domaine. C'est encore plus étonnant et effrayant que les risques et les effets secondaires de l'utilisation précoces des techniques numériques ne sont pas pris en compte. Ces risques et effets secondaires sont d'autant plus importants que l'enfant est jeune. Ceci est dû au fait que plus l'être humain est jeune, plus le cerveau malléable - et donc plus sensible aux stimulations dérangeantes et nocives.

© Patryk Kosmider - fotolia.com

Figure 2: Ce n'est pas une action éducative mais une incitation dangereuse à ne pas bouger, une stimulation sensorielle unilatérale et une isolation de l'environnement réel. On peut faire la même remarque concernant le pot avec support de tablette. Même le temps d'un pipi, faut-il l'utiliser pour apprendre ? Ce dispositif a surtout l'effet pervers de détourner l'attention du bébé de ses propres expériences corporelles tellement importantes à cet âge.

C'est pour la même raison que les investissements constructifs sont très efficaces dans les structures d'accueil petite enfance et dans les maternelles, encore assez efficaces dans l'école primaire et sensiblement moins efficace plus tard, comme le montre le schéma ci-dessous. Les jeux de doigts stimulent les capacités mathématiques et le développement du lobe frontal, ce qui n'est pas le cas pour l'utilisation d'une tablette. Car les performances intellectuelles ne sont possibles que grâce au fait que certaines zones du cerveau reçoivent des stimulations de la part d'autres zones activées par des expériences sensori-motrices.

© Manfred Spitzer

Image 4: Retour sur investissement dans l'éducation (vertical) en lien avec l'âge (horizontal) - maternelle, école, âge adulte). La courbe montre, comment la vitesse des apprentissages décroit rapidement avec l'âge- celui qui joue du memory avec un enfant de 4 ans peut en faire une expérience directe. C'est pourquoi les responsables de l'éducation veulent justement utiliser les premières années de la vie intensément pour les apprentissages - et pourquoi pas pour apprendre à manier des appareils numériques. Mais ce procédé ne représente pas un investissement constructif dans l'éducation (voir ci-dessous).

Des investissements constructifs dans l'éducation – qu'est-ce que c'est?

Un des résultats de recherche les plus importants de la neurologie des dernières décennies, c'est la découverte du fait que les enfants apprennent le mieux toutes sortes de capacités (marcher, parler, penser) par les activités initiées par eux- même, par leurs essais, leurs expérimentations, par le jeu libre, l'imitation et le contact direct avec les autres. Une télé qui fonctionne en arrière-fond dérange le développement du langage autant que les livres électroniques, qui font de la lecture tout seuls ou l'utilisation des médias numériques. Par contre, parler avec l'enfant, lui raconter des histoires et faire la lecture, c'est ce qu'il y a de plus important pour le développement du langage et de la pensée. Investir beaucoup pour tout cela, « rapporte » beaucoup. La différence entre un enfant issu d'une famille cultivée et un enfant issue d'une famille défavorisée c'est que le premier a entendu 30
Millions de mots de plus, si bien que ses centres langagiers sont beaucoup plus entraînés et son début de scolarité sera donc plus facile.

Image. 5: © Tatjana Posavec

De façon générale, il est important de noter : les cerveaux ne font pas de téléchargements. Ils évoluent par une utilisation active, par une observation active, des découvertes, des expérimentations, par l'écoute, le toucher, les sensations gustatives et olfactives, par l'empathie, par la réflexion, la parole, et l'activité pratique : tout ce que fait un être humain, et surtout ce qu'il fait par sa propre initiative est accompagné d'une activitée neurologique constructive. Et cette utilisation active du cerveau stimule quotidiennement son évolution.

Contrairement à l'ordinateur qui possède des modules de traitement de l'information différents des modules de stockage, le cerveau ne fait pas de séparation entre le traitement et l'enregistrement. Lorsque le cerveau traite des informations, les connexions entre les cellules nerveuses se modifient - et ce sont-elles qui constituent le support pour la mémoire. Plus un cerveau a traité d'informations, plus il peut mémoriser et plus facilement il peut traiter de nouvelles informations. Plus une personne parle de langues, plus facilement elle en apprend d'autres. Les centres du langage du cerveau ne sont jamais « pleins », au contraire, ils peuvent enregistrer d'autant plus, qu'ils ont déjà beaucoup mémorisé. Chez l'être humain, cette qualité paradoxe est valable pour tout : plus une personne sait jouer d'instruments de musique, plus d'outils elle peut manier, plus elle a lu de livres sur un certain thème, plus facilement elle pourra apprendre à utiliser encore un instrument de musique ou un outil supplémentaire, ou lire un livre plus pointu en rapport avec son thème favori.

Image 6: © Kristin Gründler - fotolia.com
Image 7: © Tatjana Posavec

Des activités initiées par soi-même favorisent un développement neurologique et corporel sain. Même la faculté d'attention et de concentration qui manque souvent à l'école se forme surtout dans la première année de la vie. Les enfants ci-dessus montrent, comment cela se fait.

C'est pour cela qu'il est tellement important de miser dans l'enfance et l'adolescence sur une instruction la plus large possible et de favoriser spécialement les activités sensorielles et motrices. Rien n'est plus défavorable à l'entrainement des domaines sensoriels et moteurs du cerveau que de glisser avec un doigt sur une surface en verre non différenciée en faisant toujours le même mouvement.

© Urachhaus Verlag

Image 8: Glisser avec les doigts sur une surface sans qualité particulière ne procure aucun apprentissage sensori- moteur. De ce fait, on détruit les conditions de l'émergence d'une pensée complexe, étant donné que les performances intellectuelles ne sont possibles que grâce au fait que des parties du cerveau reçoivent des stimulations des domaines sensoriels et moteurs activés.

© Urachhaus Verlag

Image 9: Si on demande à un enfant de 4 ans, de tenir une aiguille, un crayon, une clef, un œuf, un seau ou de se tenir à une rampe, il fait spontanément et sans effort visible ces mouvements complexes avec la main, qui sont adaptés au poids, à la taille et aux qualités de surface de l'objet en question. Tous les sens de l'enfant y participent.

Il en est de même avec les compétences sociales. Elle aussi on les apprend en vivant avec d'autres êtres humains, qui sont uniques et non programmables.

© Urachhaus Verlag

Image 10: Sur cette photo, on ne voit pas seulement l'activité propre de l'enfant mais aussi le fait, qu'ici un adulte perçoit l'enfant avec intérêt et que l'enfant se sent à l'aise dans ce regard chaud et valorisant qui l'encourage à être actif.

Quelles sont les conséquences négatives d'une utilisation précoce des médias numériques?

Les enfants qui passent beaucoup de temps devant l'écran et utilisent souvent des médias numériques manifestent les difficultés suivantes :

  • Perturbations du langage et déficits d'attention (Zimmerman et al. 2007)
  • Niveau d'instruction inférieur (Hancox et al. 2005)
  • Tendance à l'obésité (Hancox et al. 2004)
  • Comportements antisociaux et disposition à un comportement criminel (Robertson et al. 2013)
  • Les élèves du primaire qui utilisent une console de jeu ont d'avantage de difficultés avec l'écriture et la lecture (notes inférieures à la moyenne) et manifestent des problèmes de comportement (Weis & Cerankosky 2010)
  • Plus les jeunes passent de temps devant l'écran, moins ils manifestent d'empathie vis-à-vis de leurs camarades et parents. (Richards et al. 2010)
  • Il existe un lien entre l'utilisation d'un smartphone et la baisse des performances scolaires, l'insatisfaction générale et une plus grande probabilité de développer une dépression (Lepp et al. 2014), le syndrome du déficit de l'attention (Zheng et al. 2014), la myopie, les troubles du sommeil et un comportement addictif. Plus de 60% des utilisateurs de smartphones ont peur de rater quelque chose et d'être séparés de leur téléphone ou de ne pas être connectés. Ces peurs mènent à leur tour à une utilisation excessive, qui peut facilement devenir une addiction.

Ces effets secondaires cités sont scientifiquement prouvés, parents, éducateurs et professeurs les observent quotidiennement. Il n'existe par contre aucune preuve scientifique des effets positifs de l'utilisation des techniques numériques sur le développement intellectuel, psychique et corporel des enfants. Bref, les effets négatifs sont prouvés, pas les avantages présumés!

Abb. 11: © fotolia, Mina Stefanovic

Il ne s'agit pas ici d'une hostilité générale à la technique - il s'agit de la protection d'un espace de développement pour l'enfance, il s'agit du bien de l'enfant, du droit à l'enfance, pour que des jeunes et des adultes puissent devenir des utilisateurs compétents des techniques numériques, là où elles ont leur place.

La Corée du Sud donne l'exemple!

Des pédiatres aux Etats-Unis ont donné l'alerte il y a quelques années déjà concernant les risques et les effets secondaires cités ci-dessus et ils demandent pour le très jeune enfant une absence totale des médias numériques et pour les enfants plus âgés une réduction drastique de leur utilisation. En Corée du Sud, le gouvernement a pris cet avis au sérieux. C'est le premier pays qui a commencé à protéger la jeune génération des effets les plus nocifs de la nouvelle technologie.

Image 12: © xxxxxxx - fotolia.com

Les acquéreurs d'un smartphone âgés de moins de 19 ans peuvent l'acheter seulement avec un logiciel installé qui:
(1) bloque l'accès aux contenus violents et pornographiques
(2) enregistre le temps d'utilisation quotidienne de l'appareil et qui envoie un message aux parents si celui-ci dépasse une certaine durée
(3) bloque l'accès aux jeux après minuit
On a donc compris dans ce pays qui est le plus avancé en matière de technologie numérique, qu'il est important de protéger les futures générations des risques et effets secondaires de celle-ci. La Corée du Sud possède les infrastructures numériques les plus avancées et elle est le plus grand producteur de smartphones du monde. Dans ce pays, chez les 10-19 ans, il y a d'ailleurs 90% de myopes et 30% présentent une addiction avérée au smartphone.

Voulons-nous attendre jusqu'à ce que nous ayons atteint ce stade en Europe?

Nous pouvons faire quelque chose!

Ni la santé et l'éducation des générations futures, ni les fondements de notre société démocratique et libérale ne doivent être sacrifiées aux intérêts des multinationales les plus riches du monde! Nos écoles et surtout nos structures d'accueil petite enfance et nos écoles maternelles, ne doivent surtout pas être équipées de leurs appareils numériques, dont les effets négatifs sur nos enfants sont scientifiquement prouvés. Il ne s'agit de rien de moins que de la défense des valeurs fondamentales de notre société face aux intérêts d'un lobby économique surpuissant. Celui qui n'utilise pas son droit à l'ingérence pour cette question, manque de sens de responsabilité envers la génération suivante, à laquelle nous avons légué déjà bien assez de problèmes comme ça - des dettes, des conflits armés et des déchets à n'en plus finir.

Image 13: © Tatjana Posavec

NOUS REMERCIONS...

...toutes les personnes engagées dans la société civile, chaque expert, chaque institution qui signe et diffuse cet appel. Plus nombreux nous serons, plus de poids aura notre point de vue auprès des responsables de politique éducative.
En espérant que cet appel puisse servir à la protection de l'enfance et de sa dignité.

Nous entamerons ces actions au premier trimestre 2017.
Avec nos souhaits les plus chaleureux, dans l’espoir que cet appel à l’action serve la protection de l’enfance et la dignité de l’enfant.

Prof. Dr. med. Dr. phil. Manfred Spitzer, Dr. med. Dr. hc. Michaela Glöckler, Dr. med. Silke Schwarz, Elisabeth von Kügelgen, Dagmar Scharfenberg, Beate Wohlgemuth, Oliver Langscheid, Michael Wetenkamp, Frank Linde, Johannes Stüttgen, Helga Kühl, Angelika Fried

et les 600 participants au symposium « Droit à l’Enfance » organisé par le « Vereinigung der Waldorfkindergärten » (Fédération des Jardins d’enfants Waldorf) le 19 novembre 2016 à Hanovre.

Image 14: © Tatjana Posavec

Bien que la pétition ci-dessous soit organisée par la Fédération allemande des Jardins d’enfants Waldorf, il existe une possibilité qu’ELIANT soutienne une action similaire également dans votre pays, lorsqu’une initiative locale y sera organisée. Quoi qu’il en soit, nous vous sommes particulièrement reconnaissants de la signature et, donc, du soutien que vous apportez à la pétition.