ELIANT est le porte-parole des personnes qui aspirent à une Europe où règnent la diversité culturelle et la libre possibilité de choix -

sur les questions d’éducation, les réformes économiques et sociales, l’agriculture écologique et les médecines complémentaires et intégratives.

Rapport final Pétition ELIANT

21 Janvier 2021

Magnifique succès pour notre pétition

Préserver nos possibilités de choisir en matière d’éducation!

ELIANT et l’Alliance pour une éducation humaine ont clôturé la collecte de signatures

 

96'294 personnes de toute l’Europe soutiennent par leur signature ce que l’«Alliance pour une éducation humaine» exige depuis des années:
La préservation de la possibilité de choisir des jardins d’enfants et des écoles primaires sans écrans numériques.
Les enseignant-e-s et les éducateurs-trices doivent pouvoir décider eux-mêmes si et pour quoi ils utilisent des médias numériques dans leurs classes. Cela est particulièrement nécessaire pour les douze premières années de la vie, celles où se fait le développement sensorimoteur et où se déroulent les étapes fondamentales de la maturité sociale et émotionnelle.

Le plan d’action européen 2021-2027 pour l’éducation numérique souligne «l’encouragement d’un écosystème éducatif numérique performant» et «le renforcement des compétences numériques de la population de l’âge du numérique». Les signatures ont été récoltées afin de montrer clairement à la Commission européenne et aux parlementaires européens qu’il est impérativement nécessaire de suffisamment tenir compte du besoin des enfants et des jeunes d’avoir une éducation humaine ancrée dans le monde réel. Les 96'294 signatures représentent un plaidoyer fort pour cette exigence importante.

 

Le contexte

L’économie et la politique forcent la vapeur pour faire avancer la transformation numérique de la société. Cela se passe dans les écoles sous l’appellation «éducation numérique». La technique qui permet de le faire comprend actuellement smartphones, tablettes et WLAN, qui permettent à l’enseignement, à l’école et à l’apprentissage d’être toujours plus définis par les médias et la technologie numériques. Les 96'294 signataires de cette pétition s’investissent dans toute l’Europe pour une «éducation humaine» qui suive les étapes normales et les lois du développement corporel, mental et psychique. Les signataires considèrent qu’il va de soi que la transmission de compétences numériques étendues est une tâche importante de l’école, mais que cette dernière doit avoir pour but non seulement une compréhension fondamentale du fonctionnement des technologies numériques, mais aussi de rendre les élèves capables des les employer de manière créative, responsable et critique.

Cependant: Chaque chose en son temps! Les enfants ont droit à une période de développement normale pour pouvoir conquérir par tous leurs sens, par le mouvement et par le jeu créatif l’environnement qui est le leur dans le monde réel (on parle alors d’intégration sensorimotrice). Seule cette interaction d’expériences sensorimotrices et motrices dans l’environnement réel peut amener les enfants à se développer sainement dans l’espace et le temps, mais aussi à avoir un développement corporel et mental qui correspond à leur âge. Et c’est justement ce droit à une période de développement normale que les 96'294 signataires de notre pétition exigent.

Des recherches indépendantes1 en psychologie du développement et en neurobiologie montrent de manière extrêmement convaincante que, utilisés trop tôt, les médias numériques inhibent le développement, et aussi que les expériences réelles diminuent le recours aux écrans numériques. Cela est important car ces derniers réduisent les mouvements corporels, provoquent une fixation des yeux ainsi qu’une expérience à la fois trop cérébrale et dépourvue de résistances, ce qui à son tour provoque une stimulation neuronale erronée qui contrecarre le développement sain du cerveau. Ils menacent nos enfants dans leur développement essentiel via toute une série d’effets négatifs: excès de sollicitations, risque d'addiction, détachement vis-à-vis de la nature, mais encore endommagement du contrôle des impulsions et de la capacité de pensée réflexive.

Le but de l’école et de l’enseignement n’est-il pas d’amener les élèves à devenir des hommes et des femmes capables de réfléchir et de décider de manière indépendante? Les enfants apprennent cela avant tout dans le cadre sociocommunautaire de la salle de classe, par le dialogue et par la coexistence directe. Apprendre, c’est profiter de l’interaction harmonieuse entre la tête, le cœur et la main. Le cerveau est un organe relationnel dont le développement nécessite activité corporelle et expérience personnelle de l’environnement réel.2 Des pionniers des IT comme Steve Jobs, Bill Gates et Jeff Bezos l’ont reconnu et ont agi de manière correspondante: Ils ne donnent pas de smartphones leurs enfants et réglementent strictement l’emploi des IT.3

 

Les revendications de la pétition
Ce que demandent en substance plus de 96'000 citoyennes et citoyens européens:

  • Les jardins d’enfants et les écoles primaires doivent avoir le droit et la liberté de travailler seulement avec des médias analogiques. Les équipements sans écrans numérique ne doivent pas être négligés financièrement.
  • Les finances publiques ne doivent pas être attribuées seulement à l’acquisition de technologies de l’information, mais aussi à des formations continues en pédagogie centrées sur une approche pédagogique conforme à l’âge, sur la compréhension du développement de l’enfant et sur l’utilisation compétente des différents types de médias. À défaut de quoi l’augmentation des tâches ne pourra plus permettre aux familles qui ont des problèmes d’utilisation des médias de gérer consciemment et correctement l’utilisation des différents types de médias.
  • Les parents et les responsables de l’enseignement doivent pouvoir conserver la possibilité de choisir une forme d’éducation aux médias qui s’oriente sur les besoins du développement de l’enfant, comme p. ex. des méthodes analogiques du genre «CS unplugged» (un programme d’enseignement qui transmet sans ordinateurs les principales fonctions de l’informatique). Les éléments fondamentaux de l’informatique doivent être enseignés aux enfants au plus tôt à partir de l’âge de 12 ans. L’utilisation des principales fonctions des technologies informatiques peut ensuite devenir plus complexe, p. ex. par une introduction aux langages de programmation réservée aux élèves intéressés.
  • Le hardware et le software devraient être utilisés de manière généralisée seulement à partir de l’école secondaire (enseignement, conception, utilisation et analyse des médias) et être judicieusement intégrés dans un concept pédagogique. Les jeunes sont alors, du point de vue de la psychologie du développement, en état de ne pas se contenter d’utiliser ces technologies mais aussi d’analyser leurs modes de fonctionnement, possibilités et dangers. Il faudrait aussi mettre l’accent sur l’utilisation active des médias numériques, comme p. ex. monter des vidéos, concevoir des sites internet ou écrire des textes en ligne.
  • Il est nécessaire de tenir compte des résultats des recherches sur les effets des rayonnements micro-ondes pulsés et polarisés qui sont émis par les routeurs WLAN, les smartphones et les tablettes. Les recherches sur les risques sanitaires des champ électromagnétiques engendrés par les technologies WLAN (vers 2450 MHz) sont indubitables. Il n’y a selon elles aucune raison d’équiper des jardins d’enfants et des écoles avec des connexions WLAN et de soumettre les enfants en pleine croissance à ces risque et dangers évitables. Il est impérativement nécessaire de continuer d’avoir la possibilité de choisir de relier techniquement les écoles à internet en passant seulement par des connexions câblées et/ou VLC.4

1 Cf. Teuchert-Noodt, Gertraud (2015): « Zu Risiken und Chancen fragen Sie das Gehirn », in: Lembke, Gerald / Leipner, Ingo: « Die Lüge der digitalen Bildung », 3ème édition, Redline, Munich
2 Cf. Thomas Fuchs (2017): „Präsentation“, Tagung 'A healthy digital ecosystem’“, in: https://eliant.eu/fleadmin/user_upload/Conference2017/Development_in_the_age_of_digital_media_01.pdf, Bruxelles

3 Cf. Bilton, Nick (2014): „Steve Jobs Was a Low-Tech Parent“, in: https://www.nytimes.com/2014/09/11/fashion/steve-jobs-apple-was-a-low-tech-parent.html du 06.02.2018
4 Cf. Wilke, Isabel (2018): « Biologische und pathologische Wirkungen der Strahlung von 2,45 GHz auf Zellen, Fruchtbarkeit, Gehirn und Verhalten », in: Umwelt-medizin-gesellschaft 1/2018. Wilke analyse plus de 100 études qui prouvent la dangerosité des technologies WLAN pour la santé.

 

 

Les acteurs

Alliance pour une éducation humaine / Bündnis für humane Bildung
Personne n’apprend numériquement. Et il n’y a aucune voie qui n’ait pas d’alternative. Nous sommes convaincus que l’éducation n’est pas numérisable et que seuls ses contenus peuvent éventuellement l’être. Nous avons donc fondé en 2017 l’«Alliance pour une éducation humaine» afin de développer pour l’avenir des alternatives au «bourrage de crâne numérique». Internet: www.aufwach-s-en.de

ELIANT
ELIANT a été créée en 2006 pour s’engager en faveur de la liberté de choisir en Europe, mais aussi pour la préservation et la poursuite du développement des possibilités de choisir et donc de la diversité culturelle qui va avec. ELIANT est l’Alliance Européenne d’Initiatives pour l’Anthroposophie appliquée.
Internet: eliant.eu

 

Littérature recommandée

Edwin Hübner (2020): Menschlicher Geist und Künstliche Intelligenz, Freies Geistesleben
Michaela Glöckler, Ralf Lankau, Ingo Leipner, Gertraud Teuchert-Noodt (2020): Digitale Medien im Kreuzfeuer der Kritk, Bündnis für humane Bildung
Ingo Leipner (2020): Die Katastrophe der digitalen Bildung, Redline
Ralf Lankau (2020): Alternative IT-Infrastruktur für Schule und Unterricht / 2. GBW-Flugschrift, Gesellschaft Bildung und Wissenschaft
Manfred Spitzer (2020): Die Smartphone Epidemie: Gefahren für Gesundheit, Bildung und Gesellschaft, Klett Cotta
diagnose: media (2020): Gesund aufwachsen in der digitalen Medienwelt, 4. Auflage
Michaela Glöckler (2020): Kita, Kindergarten und Schule als Orte gesunder Entwicklung, edition waldorf
Gerald Lembke, Ingo Leipner (2018): Die Lüge der digitalen Bildung. Warum unsere Kinder das Lernen verlernen, Redline
Paula Bleckmann, Ingo Leipner (2018): Heute mal bildschirmfrei. Ein Alternativprogramm für ein entspanntes Familienleben, Knaur
Ralf Lankau (2017): Kein Mensch lernt digital. Über den sinnvollen Einsatz neuer Medien im Unterricht, Beltz
Jean M. Twenge (2017): iGen. Why Today’s Super-Connected Kids Are Growing Up Less Rebellious, More Tolerant, Less Happy—and Completely Unprepared for Adulthood—and What That Means for the Rest of Us, Atria Books
Nicholas Kardaras (2016): Glow Kids. How Screen Addiction Is Hijacking Our Kids - and How to Break the Trance Hardcover, St. Martin's Press.
Paula Bleckmann (2016): Medienmündig: Wie unsere Kinder selbstbestimmt mit dem Bildschirm umgehen lernen, Klett-Cotta
Bert te Wildt (2016): Digital Junkies. Internetabhängigkeit und ihre Folgen für uns und unsere Kinder, Droemer
Edwin Hübner (2015): Medien und Pädagogik: Gesichtspunkte zum Verständnis der Medien, Grundlagen einer anthroposophischanthropologischen Medienpädagogik, Pädagogische Forschungsstelle beim Bund der Freien Waldorfschulen (Hrsg.)
Christoph Möller (Hg.) (2015): Internet- und Computersucht. Ein Praxishandbuch für Therapeuten, Pädagogen und Eltern, Kohlhammer
Alexander Markowetz (2015): Digitaler Burnout. Warum unsere permanente Smartphone-Nutzung gefährlich ist, Droemer
Manfred Spitzer (2014): Digitale Demenz. Wie wir uns und unsere Kinder um den Verstand bringen, Droemer TB

Télécharger le rapport final (PDF)